Pierre ANDRE

Pierre André se tient au plus près des éléments primordiaux d’une effervescence et de son auscultation. Sa peinture se présente comme un foisonnement de matières désorganisées, mouvantes, un entremêlement de lignes et de couleurs éclatées qui parviennent pourtant à ce point d’aboutissement où la toile, en dépit et au-delà de ses multiples courants et contradictions internes, se donne à regarder comme un ensemble cohérent.