Maya ANDERSSON

Maya Andersson est née en 1942 en Suisse 

Dès les années 80, dans une attitude de confrontation avec la matière, le geste prend toute son importance. Le support de la peinture est l’objet d’un corps à corps (littéralement) qui ne ménage aucune émotion : « J’avais l’impression que le tableau était un jardin dont il fallait préparer le terrain, étaler la terre, ratisser les herbes, gratter pour découvrir ce qui était enfoui». 

Un dialogue constant avec l’histoire de la peinture, de Lascaux, de l’Égypte ancienne, de la peinture romaine au paysage de montagne suisse ou de campagne française… c’est dans cette confusion des temps et des lieux que le travail prend forme.

Les titres des tableaux comme : Le sorcier de St Cirq, Le chien de Pompéi, Dans le jardin d’Habou, Midi à Rasaffa, Dame des Cyclades,  Les tessons de Cordoue, Un matin à Forel, L’écureuil d’Austin, Abou Simbel… révèlent l’importance accordée aux lieux et aux cultures des pays traversés mais aussi aux objets, fragments et signes qui traversent l’histoire de l’art et sa propre histoire, sa vie tout simplement. Les tableaux : Objets de légende, La table (fond bleu), Chaise, feuille et mormyre, Le fauteuil rouge, La nappe blanche, 6 tessons… en témoignent.

Depuis 2006, le « paysage » occupe le terrain de ma peinture. Mon travail sera toujours une histoire de voyage, de regard, d’émotion et de transcription.

http://www.maya-andersson.com