Philippe DESMONTS

Philippe Desmonts est né en 1953 à Troyes

L'espace à vif de Philippe Desmonts

 

La paix étale des enfances disparues et l'incandescence cruelle de la chair sont les sources vives de l'art de Philippe Desmonts. Et les traces d'un corps immense, dans ses profondeurs cachées sous les apparences du dehors, envoûtent les verticales fatiguées des surfaces urbaines.L'oeil âpre du peintre sait voyager dans ces aspérités blessées, dans ces écritures de hasard, et dans ces paysages intimes, fragiles, où se mêlent la ville et la mémoire.

Philippe Desmonts ouvre sans le savoir les pages transparentes d'un temps disparu, et l'on voit des traces d'oubli pétrifiées, stupéfiées, brisures d'espaces et de temps, surgir du livre blanc de la mémoire.Eloigné des lumières, Desmonts a d'abord subi les blessures du monde : pluie de ténèbres sur ces fins déserts de silence, cependant que peu à peu l'alphabet de tous les ailleurs est convoqué.Et l'oeuvre peut s'en aller dans le lointain,dans ces espaces de blancheur qui effacent toutes les misères, et d'infimes résonances deviennent d'indicibles fenêtres, à l'intérieur de la nuit.

L'opacité, harcelée, s'est mise à craquer, le chaos s'est éveillé, les signes se sont approchés des couleurs et se sont imprégnés de leur chaude et cruelle vitalité.Les cendres d'hier ont pris le goût de la vie, elles ont saisi le rythme accéléré des artères, et le tissu humide des profondeurs charnelles, passant le seuil innombrable de l'absence et du deuil, occupe seul tous les devants d'une scène tragique, rouge et noire.Philippe Desmonts désenfouit, fouille crûment ses immensités pesantes, comme il arrache, toujours plus bas, les pansements accolés de sa mémoire.L'horizon s'étend partout dans les ténèbres. L'espace est à vif, la matière palpite, et, au creux de l'oeuvre, dans le caillot des souvenirs, il pleut du sang.Si la terre est peau d'univers, les corps blancs sont lieux de rencontre et lieux d'amour ténus où s'échangent les îles du dehors et les îles du dedans.

 

Christian Noorbergen  octobre 2004