Konrad LODER

Konrad Loder est né en 1957 à Munich

 La liaison entre deux points n’est jamais une ligne droite

... Konrad Loder s’inspire souvent des processus à l’oeuvre dans la nature, comme un biologiste qui tenterait de comprendre les mécanismes magiques du vivant. Les analogies avec le règne végétal ou animal ne sont pas immédiates, car l’artiste n’en imite pas les formes mais la formation. La croissance des végétaux résulte d’une expansion lente et régulière mais dont on ne peut prédire l’aspect final, irrégulier et parfois chaotique. De même chez Konrad Loder, la répétition systématique du même geste sur dix feuilles de dessins évoque les cellules d’une feuille d’arbre ou d’un insecte observées au microscope. 

Parfois, un objet de la vie quotidienne semble être retourné à l’état sauvage, dans cette jungle de métal, de plastique et de bois. C’est le cas d’une bicyclette au cadre inversé et entièrement recouvert de caoutchouc. C’est comme si le vieux « Vélo » ayant été abandonné dans un coin du garage, sa chambre à air aurait peu à peu poussé tout autour du cadre, telle une liane autour d’un arbre mort. 

L’oeuvre de Konrad Loder a le charme des ruines industrielles que les herbes folles ont envahies et où la nature impose lentement mais sûrement ses formes inégales, courbées et chaotiques. Des havres de poésie dans un monde fonctionnel et prévisible.

Extrait du catalogue « Analogie » 

CAC Mont de Marsan. Suzanne Viot, 2012

http://atelierloder.free.fr